dimanche 5 septembre 2010

R.E.S.P.E.C.T


Exaspérée. Oui. Vous avez bien lu. J’ai choisi « exaspérée » pour introduire ce billet qui porte, si l’on se fie au titre, sur le respect. Le R.E.S.P.E.C.T, prononcé à la Aretha Franklin dans son classique des karaokés, bientôt reconnu par la science pour ses qualités musicales parasitaires.

J’ai trop souvent excusé ces petites irrespectuosités communes que j’accumule de jour en jour. À additionner ces irritants aussi longtemps, il en fallait peu pour que la marmite explose, ce qui est arrivé hier en début de soirée, après une journée, comme vous le constaterez, particulièrement éprouvante.

Les tapageurs nocturnes


4 h. Mes voisines, complètement pactées, se racontent leur soirée – Jason n’est plus avec Cindy. Hein! Tu niaises! – en faisant claquer leurs talons et en gloussant comme se doivent des poulettes en minijupe.


Je vous l’accorde : j’habite dans un quartier propice au tapage nocturne aux abords d’un cégep. Mais faut-il toujours excuser la jeunesse? Et moi, à leur âge, est-ce que j’obligeais mes voisins à moitié endormis, à enfiler, au beau milieu de la nuit, des bouchons dans leurs oreilles?


Les tutoyeurs inconditionnels


9 h. Au supermarché


    La caissière : « Veux-tu des sacs ? »

    Moi : « Vous les tutoyez-tu tous, vos clients? »

J’ai beau avoir l’air sympathique et plutôt jeune, je ne comprends pas pourquoi je me fais tutoyer à tour de bras. Je suis comme ça, vieux jeu : j’y tiens, moi, au vouvoiement! Suis-je la seule jeune adulte à m’offusquer de cette marque de familiarité? Non mais, est-ce qu’on sait encore quand employer le vous de politesse en 2010? Ou a-t-on voté, à mon insu, une loi sur le tutoiement systématique?


Les conducteurs collés au gaz


11 h 43. Rue du séminaire. Je pose ma main sur le capot d’une Subaru Impreza noire.


    Moi (les yeux exorbités en pointant l’affiche lumineuse) : « Heille, Chhhhhhhhhhose, passage piétons! »

Un jour, je me ferai frapper par un automobiliste. C’est écrit dans le ciel. Statistiquement, chaque journée à laquelle je survis sans mon permis de conduire est une journée de plus pendant laquelle je cours le risque de me faire rouler sur le corps par un véhicule de plaisance…


Les poseurs de lapin


Vers 19 h 15. Dans ma boite de réception


    De Mec36 : « Pour ce soir on va devoir annuler ça je pense ben, j'suis rentré tard hier et j'suis vraiment scrap encore en ce moment. »

Hein? Attendez. Il faut que je relise.

(Déclamer ce passage sur un ton excédé) Quoi? Trop fatigué pour se pointer à un premier rendez-vous? Et il annule, là, alors que j’étais sur le point de partir pour ledit rendez-vous? Et si je n’avais pas relevé mes messages avant de quitter l’appart? J’aurais poireauté combien de temps avant de comprendre que je m’étais fait poser un lapin?

    À Mec36 : Mec, désolée, t’auras pas une deuxième chance de faire une première bonne impression. R.E.S.P.E.C.T!



Source de l'image : http://www.flickr.com/photos/ktkatrina/495129832/sizes/s/



1 commentaire:

  1. De ton élan d'exaspération libérateur, je retiens surtout une chose : mieux vaut en rire que d'en pleurer! R.E.S.P.E.C.T!

    RépondreSupprimer

Merci d'enrichir ce billet de vos commentaires.